• Axelle Warnery-Hertzeisen

La Reconnaissance à soi-même

Rien ne sert d'attendre de la reconnaissance autant s'en faire à soi-même !



J'ai le bonheur de collaborer avec une jeune-fille au pair. Une vraie perle : pâtissière, bricoleuse, efficace, organisée, proactive et surtout sympathique ! La semaine passée, nous étions à la cuisine quand soudain elle s'exclame : "Je suis la meilleure jeune-fille au pair du monde !" et rajoute juste derrière : "Non, non ce n’est pas vrai, je plaisante." Alors je lui réponds : "Non ! Tu as raison : tu es vraiment la meilleure jeune-fille au pair du monde !"



Depuis, cette interaction me trotte dans la tête... En effet, pourquoi attendre de l'autre de la reconnaissance ? L'attente pourrait s'avérer longue, très longue ! Alors je me dis que je pourrais appliquer la technique de ma jeune-fille au pair et me dire que je suis la meilleure psychologue du travail, la meilleure coach, la meilleure maman, la meilleure compagne, la meilleure amie, la meilleure patiente, la meilleure femme, la meilleure collègue du monde ! Et quel bien cela me fait là, tout de suite, maintenant ! Comme cela illumine ma journée et réchauffe mon cœur et mon cerveau. Cela est un "boost" magique pour ma confiance en moi! Et plus d'attente vis-à-vis de l'autre. Quelle légèreté !

Ce que j'ai envie de dire dans ce message, c'est que nous avons tous la tête dans le guidon. Entre notre vie familiale, sociale et professionnelle, nous n'avons presque plus le temps de penser, de réaliser tout ce que l'on fait, tout ce que les autres font pour nous. Tout est routine. Au point que nous oublions de le verbaliser, de le reconnaitre. Alors quand quelqu'un à côté de vous s'auto-félicite et bien c'est magique, car cela nous sort la tête de notre guidon, nous donne un temps d'arrêt et de réflexion. Cela nous permet de remettre l'humain au centre, de nous remettre en notre centre.

113 vues

©2018 by Quand le travail fait Aïe...  Proudly created with Wix.com